Bienvenue sur mon blog

L’humanitaire au Togo
16 décembre, 2009, 11:00
Classé dans : Afrique

4 septembre 2010 

UNE ASSOCIATION FIABLE : LOVISA KOPE

Après cette mauvaise expérience avec l’association PIDES TOGO (voir ci-dessous le chapitre « Fin de ma collaboration avec PIDES TOGO »), je désespérais de pouvoir continuer à apporter mon aide en Afrique. En effet, comment trouver une association fiable ? Si je choisissais une autre association similaire, pourquoi ce qui s’est passé la première fois ne se produirait pas une nouvelle fois ? Surtout que nous avions pu croiser de nombreux homologues de PIDES, des togolais menant des troupeaux de blancs le week-end, vers les lieux touristiques de la région. « L’humanitaire » se porte bien en Afrique ! 

 

Lovisa Kopé  

J’avais prévu d’essayer de rencontrer Marie Claude Lovisa pendant ce séjour. J’avais trouvé sur Internet des articles sur cette lyonnaise installée au Togo depuis 12 ans et qui, au fil du temps, a fondé un village humanitaire. Je voulais voir pour me rendre compte. La communication téléphonique ne passait pas depuis les montagnes de Danyi où nous nous trouvions et toutes mes tentatives échouaient. Mais un week end où nous nous trouvions en ville à Kpalimé, j’ai réussi à l’avoir au téléphone. C’est une femme très chaleureuse et, lorsque je lui ai dit que je cherchais à apporter mon aide mais en confiance, elle nous a invités à passer une journée et une nuit chez elle avant de rentrer en France. La rencontre s’est tellement bien passée que, arrivés chez elle le samedi 21 en fin de matinée, nous en sommes repartis le mardi 24 pour aller à l’aéroport. 

La Reine Blanche

Nous avons découvert la « Reine Blanche ». C’est en 2004 que les villages autour de Lovisa Kopé ont tenu à honnorer Marie Claude en la sacrant reine. Titre étrange pour nous, français républicains ! Mais en fait, c’est bien plus que du folklore, ça a une signification et des impacts énormes là-bas.  C’est ce statut qui lui assure le soutien de nombreuses personnalités politiques et militaires et qui lui permet de continuer son oeuvre humanitaire. 

En revenant en France, je suis entrée en contact avec le comptable de l’association Actions Pour Lovisa Kopé (APLK). Je voulais obtenir des preuves concrètes de l’utilisation des dons faits à APLK. J’ai reçu un bilan détaillé des sommes reçues et de leur affectation. J’ai décidé de m’engager au côté de Marie Claude Lovisa mais, après ma récente expérience avec PIDES Togo, je garderai les yeux ouverts. Je retourne chez elle en décembre pour faire du soutien scolaire pendant les vacances. Je vous raconterai la suite à mon retour. Je veux rester prudente mais, dores et déjà, la comparaison avec PIDES met en évidence des différences énormes sur le plan financier : 

- PIDES entretient volontairement le flou, voire le silence, sur ces questions. 

- A Lovisa Kopé, la question de l’argent est centrale. Au fil du temps, Marie Claude a vendu ses biens personnels (2 appartements) pour financer ses projets. Elle reçoit une pension d’invalidité de la France et avec, elle entretient 25 enfants et 4 adultes. 

- Nous avons rencontré chez elle un groupe d’étudiants venus faire du soutien scolaire. Personne n’était chargé de les encadrer, soit disant bénévolement. Aucun parasites … Le groupes fonctionnait de façon autonome dans le village et dans l’école. Le logement leur était prêté gratuitement et le coût de la nourriture était minime. 

En attendant, voici des liens vers les 2 sites de Lovisa Kopé :
http://www.alktogo.org/
http://www.aplk.org/
 

3 septembre 2010

FIN DE MA COLLABORATION AVEC PIDES TOGO

Quelques neuf mois après avoir écrit dans le 1er article de ce blog mon expérience avec l’association PIDES TOGO, je dois, hélas, écrire un nouvel article pour vous informer que ma seconde (et dernière) expérience avec eux s’est beaucoup moins bien déroulée.   

1 – Suite de l’histoire 

Depuis mon retour de Lomé en décembre dernier, Raph le président de PIDES s’était occupé de mettre en place les chantiers de l’été dans la région de Danyi :   

- Soutien scolaire à Todomé auquel je participerais en compagnie d’un groupe de scouts de Villejuif. 

- Réfection du toit de l’école d’Atigba auquel Othman, mon compagnon, travaillerait en compagnie d’un groupe de scouts de Lyon. Ce groupe devait également assurer le financement des travaux.   

En février, j’ai pris les billets d’avion pour passer le mois d’août sur place en famille.      

Trois semaines avant notre départ, Raph m’apprend que les scouts de Lyon n’ont pas pu réunir l’argent et que le projet tombe à l’eau. Mauvaise surprise ! En effet, je souhaitais qu’Othman, fasse sa première expérience en Afrique en amenant son expertise en tant que professionnel du bâtiment. Si ce projet ne se faisait pas, à quoi allait-il bien pouvoir s’occuper pendant que j’irais enseigner ? 

Pour sauver ce voyage, je me suis alors engagée à financer seule le toit de l’école d’Atigba (j’économise depuis plusieurs années pour les projets humanitaires). Quand même, nous trouvions le montant demandé très élevé … Nous avions décidé qu’Othman gèrerait la transaction du début à sa fin quand nous serions là-bas.  

Mais, sur place, l’équipe PIDES n’était pas d’accord. Ils ne voulaient pas qu’il achète lui-même le matériel. Ils voulaient qu’on leur remette la somme et qu’on les laisse faire. Il y a eu des discussions houleuses avec le staff de PIDES. Othman a dû batailler ferme. Ils ont lâché prise lorsqu’il leur a expliqué que le financier a le droit et le devoir de contrôler où va son argent. Mais il a fallu qu’Othman trouve seul des adresses fiables pour l’achat et la livraison du matériel.  

Au final, il s’est avéré que le toit de l’école a coûté moins de 30 % de la somme initialement demandée par Raph.  

Lorsque j’ai demandé des explications à Raph sur cette différence de prix, il m’a expliqué que le devis initial incluait le badigeon des murs mais que, lorsque les scouts avaient annoncé qu’ils ne financeraient pas, le projet avait été réduit à la charpente et à la couverture.  

Cette explication est doublement boiteuse. Raph ne m’avait pas avertie de la baisse du coût et, dans tous les cas, le badigeon n’aurait jamais coûté les 70 % d’écart.  

En conclusion, PIDES est une association à but lucratif. Ils demandent une participation de 75 euros par semaine (soit 300 euros mensuel) et par personne, dont 35 % sont censés être affectés aux projets de développement du Togo. A titre indiquatif au togo le SMIC est de 38 euro mensuels. Pour le seul mois d’août et les seuls projets auxquels nous avons participé, les volontaires que nous sommes (ma famille et deux groupes de scouts) avons apporté plus de 4 500 euros, donc 1 575 euros soit disant pour les projets. Cette somme est énorme pour le Togo et l’association PIDES existe depuis plus de trois ans. Avec de telles sommes, PIDES devrait avoir des réalisations visibles à son actif. Où sont elles ? Sur le site de cette association, vous trouverez des photos de camps chantier (sortes de grandes colonies de vacances), des témoignages de stagiaires (y compris le mien) qui prouvent seulement que PIDES assure très bien un rôle d’accueil et d’animation. Mais vous ne trouverez rien sur la gestion financières des sommes qu’ils reçoivent, rien sur l’utilisation de ces sommes pour le financement de projets. De plus, cet été, le constat de la malhonnêteté de PIDES fut multiple : 

- Tentative d’escroquerie sur le montant des travaux de réfection du toit de l’école d’Atigba.  

- Surfacturation du montant de la participation des volontaires :  

- Nous avons appris par le propriétaire du logement que nous occupions, qu’il prêtait gratuitement les lieux. PIDES n’a pas pour autant diminué le montant de notre participation dont 5 % sont censés couvrir les frais d’hébergement. 

- Nous avons pu constater sur place que d’importantes économies sont faites sur le budget nourriture.  

- Achat de materiel informatique payé sur le budget de l’association. Raph demande qu’on lui amène de France du matériel (ordinateur, caméra numérique …) Où est l’intérêt de l’humanitaire à suréquiper ainsi l’association en materiel informatique ? 

2 – Mon conseil  

Si vous voulez participer à un projet de développement local au Togo, évitez PIDES.   

Mais si vous cherchez à passer des vacances au Togo avec une équipe locale d’animation plutôt au point, PIDES est une bonne adresse. Seulement, n’espérez pas faire un acte humanitaire, ce n’est vraiment leur préoccupation principale. 

Pour résumer, comme dit Othman, PIDES demande qu’on donne sans compter et surtout qu’on ne demande pas de comptes.

 

16 décembre 2009

 LOME – TOGO – DECEMBRE2009

Je vais vous raconter mon expérience avec l’association PIDES TOGO à Lomé, capitale du Togo.

1 – LA GENÈSE

L’aventure commence en mai 2008 lorsque mon employeur, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) fait passer une annonce afin de trouver des volontaires pour aller enseigner dans une école de brousse au Bénin. En effet, la CDC a ouvert un partenariat avec l’ONG Planète Urgence (P.U.) http://www.planete-urgence.org/missions/dont le fonctionnement est assez original : P.U.  sélectionne des projets proposés par des associations sur le terrain. Là, c’était l’asso Actions & Développement fondée au Bénin par M. Ouboulé ABALO. Ensuite P.U.  cherche des entreprises prêtes à financer le voyage de leurs employés.

Le 25 octobre 2008, je suis donc partie pour 2 semaines à l’école primaire de brousse de N’Dahonta, vers Tanguieta, au nord du Bénin. Ces 2 semaines ont été prises sur mes congés annuels (hé oui, c’est la contribution demandée aux employés ainsi qu’une partie du coût du voyage !). Nous étions un groupe de 4 personnes de différentes entreprises. Je me suis occupé de 12 élèves de CE2.

J’ai adoré cette expérience et j’ai souhaité repartir pour 2 semaines en 2009. Mais, étant partie l’année précédente, je n’étais plus prioritaire pour mon entreprise. Qu’à cela ne tienne : j’ai cherché une asso similaire sur le net. En tapant  » Soutien scolaire Afrique  » sur Google, il m’en est tombé des dizaines. J’en ai pré-sélectionné 3 que j’ai contactées. L’asso togolaise PIDES TOGO (Programme Indépendant de Développement Economique et Social) http://www.pidestogo.org/a été la plus réactive des 3.

2 – LA PRÉPARATION

Il a fallu à peu près un mois pour mettre le projet sur pied. Raph, le président de PIDES, m’a trouvé très rapidement un chantier de soutien scolaire au groupe scolaire Victor Hugo de Lomé. Victor ESSEH, le directeur du collège souhaitait du renfort pour les classes de 6ème, 5ème et 4ème. Je me suis engagée pour des cours de français et d’anglais. J’ai pris mon billet sur Afriqiyah Airways (compagnie la moins chère au moment où j’ai cherché et qui autorise 46 kgs de bagages en soute et 8 kgs de bagages à main.) J’ai commencé à collecter du matériel à emmener : fournitures scolaires, vêtements, livres, matériel informatique … Puis j’ai préparé les supports pédagogiques dont j’aurais besoin sur place. Et hop, le 28 novembre, train Bordeaux-Paris CDG à 5h30, avion via Tripoli puis arrivée à Lomé le soir à 22h30. Bon, je ne vous cache pas que je n’en menais pas large. Est ce que j’avais fait le bon choix avec PIDES ? Est ce qu’il y aurait bien quelqu’un à l’arrivée ? Est ce que mes avions n’auraient pas trop de retard ? Est ce que je retrouverais bien mes bagages à l’arrivée ?  J’avais eu un bon feeling, certes, mais ………. Suspens insoutenable ……..

3 - L’ARRIVÉE

Tout s’est déroulé sans accroc ! Raph, Christophe et Kossa étaient à l’arrivée et nous sommes partis avec les bagages sur des motos et taxi-motos vers la maison que j’allais occuper.

Quelques membres de l’équipe PIDES : Raph, le président. Christophe, membre actif. Christine, membre actif.

lomdcembre20090021.jpg   lomdcembre20090011.jpg   lomdcembre20090031.jpg

Les trois premiers jours, j’ai partagé la maison avec Mickaël, un rennais de 25 ans venu pour 3 semaines en stage à la Togolaise Des Eaux. Puis Raph lui a trouvé un logement plus proche de son travail. Nous nous sommes revus souvent pour partager un repas, aller repérer les camps chantier de l’été prochain vers Kpalimé ou faire la fête.

En dehors de l’enceinte de la maison, il y avait une grande cour sur laquelle donnaient d’autres habitations. Peu à peu, j’ai fait connaissance avec mes voisins. Tout le monde vit plus ou moins à l’extérieur car, le soir,  la température y est plus supportable qu’à l’intérieur. Quand je sortais de chez moi, je trouvais toujours du monde pour bavarder. J’ai proposé mes services pour faire travailler les enfants de mes voisins après les cours. J’ai pu aider Laura en français niveau CM1 et Israël en anglais niveau 3ème.

Mon logement, une jolie maison louée pour les 2 semaines. PIDES fait en sorte que les volontaires soient logés dans les meilleures conditions possibles. Raph et Christophe me ravitaillaient au fur et à mesure. Nous cuisinions et mangions ensemble, la plupart du temps. Je faisais mon ménage et, tous les 2 ou 3 jours, ma petite lessive avec un gros savon de Marseille.  Sourire

lomdcembre2009049.jpg    lomdcembre2009042.jpg    lomdcembre2009045.jpg   lomdcembre2009047.jpg    lomdcembre2009046.jpg

4 - LE CAMP CHANTIER

Dès le lendemain de mon arrivée, un dimanche, Raph m’a amenée au groupe scolaire Victor Hugo où j’allais travailler pendant deux semaines. Il est situé dans le quartier Hedzranawoe de Lomé, à 5 mn à pied de la maison.

C’est une école privée fondée en 1989 par Mme Dédé ADJAMAGBO, une  »grande dame » décédée en janvier 2008. 

Elle voulait permettre aux plus démunis d’accéder à l’enseignement. Les frais de scolarité sont donc très réduits, voire gratuits pour certains. Pour en savoir plus :   http://adda-bakhita.com/documents/Bibliotheque_Victor_Hugo.pdf.

Le groupe scolaire vu de l’extérieur :

lomdc2009200912105771.jpg   Groupe scolaire Victor Hugo - vue de loin   lomdc200920091210579.jpg

 

La cour intérieure avec sa bibliothèque, une maman qui prépare des repas (les enfants achètent à manger aux inter-cours), l’escalier qui mène à l’étage où se trouve la partie collège et, en arrière plan, les classes du primaire :

lomdc200920091210600.jpg   lomdc200920091210583.jpg   lomdc200920091208546.jpg

 

A l’étage, le collège :

lomdc200920091208552.jpg   lomdc200920091212681.jpg    lomdc200920091208550.jpg   lomdc200920091208556.jpg   lomdc200920091211630.jpg

Le lundi, Victor le directeur du collège, m’a donné mon emploi du temps. Il n’y avait pas assez d’heures de cours à mon goût (seulement 13h par semaine, je crois) et quasiment que du français. Le collège fait « journée continue » de 7h à 14h30. Je lui ai proposé de donner des cours d’anglais les après midi de 15h à 17h pour toutes les classes qui le souhaitaient. Ainsi, pendant deux semaines, j’ai enseigné le français aux classes de 6ème, 5ème et 4ème et l’anglais à toutes les classes du colllège, car tous les élèves en redemandaient. Mon accent et ma façon française d’enseigner les amusaient. C’était « exotique » pour eux. On s’est bien amusés, on a bien travaillé, on s’est bien aimés. L’estime et la solidarité se sont également installées rapidement entre l’équipe pédagogique et moi.

Des élèves me raccompagnaient toujours le soir et nous restions discuter à la maison. J’ai également reçu la visite de certains profs. L’atmosphère était très chaleureuse.

5 – Le fonctionnement de PIDES TOGO

Finances

- Cotisations des adhérents (equivalent à environ 1 euro par an)  

- Dons utilisés comme suit :    fournitures scolaires   plants pour reboisement 

- Participation des volontaires. Le coût d’une semaine est de 75 euros affectés comme suit :   

35 % : logement, nourriture du volontaire  

35 % : frais sur les chantiers 

déplacements des volontaires et membres de PIDES sur les chantiers,  

location du matériel (nattes pour dormir, ustensiles de cuisine, matériel pour l’activité du chantier)  

rémunération de techniciens (si besoin est)  

30 % : frais de fonctionnement de PIDES 

location du siège, téléphone, internet, électricité, poste, fax, fournitures de bureau, 

déplacements pour des réunions

Chantiers réalisés pendant l’été 2009

 

TYPES DE PROJETS  PERIODES  LOCALITE  PREFECTURES  NB DE VOLONTAIRES 
Protection de l’environnement (reboisement)  Du15/06 au 03/06/09  AKATA AKPOKLI  KLOUTO  20 
Sensibilisation sur les IST/VIH/SIDA  Du 22/06 au 11/07/09  AVETONOU  AGOU  20 
Chantier artistique (sculpture, batik, peintures, tableaux…)  Du 06/07 au 24/07/09  AMOU-OBLO  AMOU  20 
Soutien scolaire et animation socio éducative avec des enfants  Du 13/07 au 31/07/09  KEBO-DALAVE  AGOU  20 
Soutien scolaire et animation socio éducative avec des enfants  Du 27/07 au 28/08/09  ASSAHOUN  AVE  20 
Sensibilisation aux IST/VIH/SIDA  Du 20/07 au 07/08/09  AFANGNAN  LACS  20 
Soutien scolaire et animation socio éducative avec des enfants  Du 03/08 au 28/08/09  MASSEDA  LACS  20 
Rénovation/ construction d’Ecole  Du 10/08 au 04/09/09  DANNY APEYEME  KLOUTO  20 
Chantier artistique (sculpture, batik, peintures, tableaux…)  Du 17/08 au 04/09  KPELE ELE  KLOUTO  20 
10  Animations et loisirs aux enfants  Du 10/08 au 28/08/09  KEVE  AVE  20 
11  Chantier artisanal (vannerie, tissage, teinture  Du 24/08 au 11/09/09  YOKELE  KLOUTO  20 
12  Sensibilisation aux IST/VIH/SIDA  Du 31/08 au 18/09/09  HAGNIGBAN  KLOUTO  20 

 

6 - LES PROJETS

Groupe scolaire Victor Hugo

Comme vous le voyez, l’école est en travaux. Cela dure depuis plus de 5 ans. Hubert ADJAMAGBO, fils de Mme Dédé ADJAMAGBO, et son épouse Patricia ont fondé à Paris en 2003 l’association ADDA jumelle de l’association togolaise  Bakhita http://adda-bakhita.com/actualite.html.

Ils gardent ainsi un oeil sur le groupe scolaire depuis la France où ils vivent.  Récemment, ils ont pris conscience que l’école est mal gérée et que l’équilibre financier n’est plus assuré. Cela les a amené à plus de vigilence, à prendre des décisions de restructuration et à mettre en oeuvre un plan de travaux. L’objectif est d’avoir davantage d’élèves à la rentrée scolaire prochaine de manière à ce que les droits de scolarité payés par les familles couvrent les dépenses de l’école.

Ils ont prévu de rénover le portail d’entrée et l’enseigne, de ravaler la façade et de refaire le plafond de la bibliothèque. Les travaux commenceront pendant les vacances de Noël et se poursuivront aux vacances d’hiver, de Pâques etc …

Chantiers de PIDES TOGO pour l’été 2010

Le week-end suivant ma 1ère semaine, Raph, Christophe, Ayi (autre membre de PIDES),  Mickaël et moi avons pris un taxi et sommes partis à Danyi Atigba, dans la région montagneuse de Kpalimé, à environ 150 kms au nord de Lomé pour étudier la faisabilité de quelques chantiers pour l’été prochain. Des démarches similaires seront effectuées régulièrement pendant les mois à venir afin de finaliser les futurs chantiers. Ce week-end là, Ayi nous emmenait dans le village d’un de ses oncles où se trouve au moins une école dont le toit est à refaire.

lomdc200920091205487.jpg

Il fallait en avoir confirmation et engager un dialogue avec les autorités locales pour la mise en place d’un chantier de 3 semaines l’été prochain. Ce qui fut fait le samedi. Nous avons dîné chez la grand-mère d’Ayi et dormi chez son oncle.

lomdc200920091205477.jpg    lomdc200920091205511.jpg    lomdc200920091206518.jpg

Les rencontres que nous avons faites là-bas sont tout simplement exceptionnelles. En effet, comment un touriste de base pourrait-il entrer aussi loin dans l’intimité des habitants du pays qu’il visite ? Ce n’est pas possible. Pour cela, il ne faut pas être touriste.

Je me suis engagée à revenir au mois d’août prochain avec ma famille pour travailler sur différents chantiers : soutien scolaire pour moi, forage de puits ou réfection d’école pour Othman mon compagnon, peut-être reboisement pour Franck son fils de 13 ans.

Projets à plus long terme

Des élèves de Victor Hugo m’ont demandé de mettre en place un échange de correspondance avec des collégiens français. Je vais donc  présenter ce projet au directeur et à l’équipe pédagogique du collège Berthelot de Bègles.

Je reste en étroite relation avec PIDES TOGO pour me rendre utile si je le peux. 

J’ai donné l’adresse de ce blog dans les forum www.voyage.com et www.routard.com/forum/togo/138.htm afin que les personnes qui s’interrogent sur la fiabilité de PIDES TOGO puissent me contacter.


Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
Clairière St Gabriel - XIVè... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres